La lettre diplomatique

Article – Nigéria
La Lettre Diplomatique N°70 – Deuxième trimestre 2005

La FNCCI, une porte d’entrée incontournable sur le marché nigérian

Par M. Laurent Morel-Francoz, Président de la Chambre franco-nigériane de Commerce et d’Industrie (FNCCI)

 

La Chambre franco-nigériane de Commerce et d’Industrie (FNCCI) contribue à dynamiser les relations entre la France et le Nigeria. Elle fête cette année son 20ème anniversaire. Depuis 1985, elle a constamment élargi ses missions, et 2005 ne fera pas exception.

La FNCCI est une organisation professionnelle qui compte 170 membres, dont certains jouissent d’une renommée internationale : Total, Air France ou Alstom. Comparée à ses membres éminents, la Chambre est une petite structure de huit employés. Pourtant les prestations qu’elle offre sont reconnues. Son appartenance à l’UCCIFE, le 1er réseau français d’entreprises au monde, est un atout certain.

Notre institution bilatérale figure, au même titre que celles du Japon et de l’Allemagne, parmi les Chambres qui proposent une gamme complète de services d’appui aux entreprises. C’est la seule en Afrique Noire à offrir des prestations du plus haut niveau.

Elle assure entre autres les fonctions d’un cabinet de conseil, d’une agence de communication, et tient à disposition de nouveaux investisseurs un bureau de passage tout équipé.

L’année est jalonnée d’événements organisés en collaboration avec la Mission économique de Lagos, et/ou l’Ambassade du Nigeria à Paris.

En février 2005, la FNCCI a organisé un déjeuner-débat consacré au processus de privatisation au Nigeria, et avec pour invité de marque le Directeur du bureau des privatisations, M. Julius Bala.

A la suite des journées pays organisées dans les CCI partenaires, comme Lyon ou Bordeaux, la Chambre a accueilli plusieurs missions de prospection.

Mais l’événement phare de l’année reste la French week. Véritable vitrine de la France, la semaine française au Nigeria, qui se tient traditionnellement en novembre, a mis en avant le thème de la contrefaçon lors de l’édition 2004. A ce titre, la Chambre franco-nigériane de commerce et d’industrie organisa un mini séminaire suivi d’un déjeuner sur le sujet. Le public compara in situ des produits contrefaits aux originaux.

Ces journées sont bien entendu l’occasion de présenter l’offre technologique et commerciale française en matière automobile, électrique, cosmétique, etc.

De plus, divers événements culturels, sportifs et culinaires, fruits de la coopération entre les acteurs économiques et culturels franco-nigérians, se déroulent dans les trois principales villes du pays : Lagos, Abuja et Port Harcourt.

Par ailleurs nous nous sommes engagés à promouvoir les salons français au Nigeria en signant un contrat de représentation avec la société PROMOSALONS. D’ores et déjà, la Chambre promeut trois salons phares de l’année 2005-06 : le SIAL, relatif aux industries agroalimentaires, BATIMAT, le plus grand salon du bâtiment au monde, et enfin POLLUTEC, consacré aux technologies environnementales.

L’action de la FNCCI s’inscrit également dans l’action économique du Gouvernement fédéral et des Gouvernements fédérés. Les salons sélectionnés correspondent à des secteurs de l’économie que chacun pense essentiels, et qui sont effectivement prioritaires.

L’action que mènera la Chambre est multiforme. S’il s’agit de promouvoir les salons français, le partenariat s’inscrit également dans une politique générale de promotion du Nigeria.

Ainsi la FNCCI est co-organisatrice du Nigerian Investors & Manufacturers Exhibition (NIMEX), le plus grand salon d’Europe des produits et services nigérians. La Chambre de Commerce & d’Industrie de Paris, l’Ambassade de France au Nigeria, représentée par S.E Yves Gaudeul, participent à cet événement phare.

C’est à la fois une aubaine pour les entrepreneurs nigérians, et pour la France qui est perçue comme la porte d’entrée de l’Europe.

Par conséquent, l’avenir de la France passe aussi par la coopération européenne à l’extérieur des frontières de l’Union. La FNCCI se place à l’avant-garde de ce processus. Les chambres française, belge, allemande travaillent sur un projet de European Trade Fair. Cette foire serait une première en Afrique.           


Tous droits réservés ® La Lettre Diplomatique