La lettre diplomatique

Article – Costa Rica
La Lettre Diplomatique N°81 – Premier trimestre 2008

Le réchauffement climatique, une priorité de la politique environnementale du Costa Rica

Par le Dr. Roberto Dobles, Ministre de l’Environnement et de l’Energie du Costa Rica, Responsable de l’environnement, de l’énergie, des ressources hydrauliques, des mines et des télécommunications

Le changement climatique global induit par l’activité humaine, progresse depuis plusieurs années et l’action internationale, immédiate et collective, sera primordiale pour apporter une réponse efficace et équitable à la hauteur de cet enjeu. De la même manière qu’il s’écoule un long délai entre l’émission des gaz à effet de serre et leur répercussion sur le climat, nos initiatives (ou notre inaction) au cours des deux prochaines décennies auront un profond impact dans la deuxième moitié de ce siècle et au-delà.
Si nous souhaitons obtenir des résultats, il est nécessaire de réformer les politiques qui sont menées tant à l’échelle nationale qu’internationale. Nous ne pouvons pas espérer inverser les tendances actuelles avec les mêmes politiques et les mécanismes qui en sont la source. Nous devons dès lors concevoir des moyens créatifs et innovants pour faire face à ce problème. L’immobilisme et le maintien du statu quo ne représentent pas une alternative.
Pour sa part, le Costa Rica a décidé d’agir immédiatement, en déclarant unilatéralement son objectif d’éviter les émissions nettes de carbone. Pour atteindre l’objectif de neutralité du climat dans l’économie, nous sommes en train d’élaborer une stratégie intégrée sur le changement climatique, de manière à ce que cette aspiration complexe puisse être reproduite dans d’autres pays possédant des caractéristiques semblables aux nôtres.
Ce processus place le climat en tête du programme gouvernemental. Le gouvernement élu en 2006 l’a inclus parmi les priorités de son plan de développement national. Il a annoncé tant sur le plan national qu’international son engagement à faire du Costa Rica un pays leader dans la bataille du changement climatique. La société commence d’ailleurs à partager de plus en plus la vision selon laquelle une économie climatiquement neutre (C-Neutre) peut aussi être une économie compétitive.
Le Costa Rica a annoncé au monde que d’ici 2021, date du bicentenaire de notre indépendance, il ne contribuerait plus en aucune manière au réchauffement de la planète et à la détérioration de l’air que nous respirons. Ce concept de « neutralité carbone », également appelé « neutralité climatique », en faveur duquel notre pays s’est engagé, fait référence à la réduction, la captation et la compensation des émissions de gaz à effet de serre, pous fair en sorte que leur effet climatique soit le produit d’une somme nette neutre ou nulle.
Le lien entre le changement climatique et la stratégie de compétitivité du pays occupe une place majeure dans notre projet. L’approche qu’adoptent une nation et ses entreprises pour répondre au changement climatique détermine le caractère durable de l’avenir de son développement économique, financier et humain, et au-delà, de son bien être social et environnemental. L’évolution du contexte des entreprises que ce soit à l’échelle nationale et internationale, créera les conditions pour que la valeur d’une entreprise, aussi bien que de son potentiel monétaire et de croissance, sera associée, entre autres, aux risques et aux opportunités du changement climatique. En fait, nous sommes en train de créer les conditions pour susciter des comportements responsables et compétitifs.
La communauté internationale des entrepreneurs comprend désormais la portée des risques que fait peser le changement climatique dans les domaines économique et financier ainsi que sur la compétitivité. Ces risques sont associés à la mise en évidence de facteurs menaçant la compétitivité qui découlent, du transfert qui s’effectuera de la demande de produits et de services requérant une grande intensité de carbone vers des produits et des services utilisant des émissions de carbone faibles ou sans émissions nettes. D’autres risques concerneront l’impact sur la renommée des entreprises, résultant de la prise de conscience des consommateurs à l’égard de leur inaction, au regard de la trace de carbone qu’elles laissent.
Toutefois, ce qu’il est important de souligner, c’est qu’il existe aussi de grandes opportunités liées à l’innovation, aux points de vue et aux préférences des consommateurs et des investisseurs, ainsi qu’au rapide changement technologique dans les différents secteurs économiques et au développement de nouveaux secteurs d’activité portant sur le changement climatique.
Sur le plan économique et entrepreneurial, il s’agit d’une stratégie compétitive centrée sur le consommateur et basée sur les préférences futures et l’appréhension des nouveaux modes de consommation. Elle se justifie par l’évolution des préoccupations croissantes que suscite le réchauffement de la planète, au regard du changement climatique et de ses répercussions. Les tendances indiquent ainsi, qu’à l’avenir, de nombreux consommateurs préférerons davantage les produits et les services laissant une empreinte carbone réduite et ayant de préférence un impact nul sur le climat (C-Neutre). En plus de préférer un produit et un service pour ses atouts qualitatifs, la « qualité climatique » s’ajoutera comme un facteur clé et influent sur les choix des consommateurs.
Dans sa définition la plus simplifiée, la Stratégie de compétitivité cherche à transformer la menace du changement climatique en une opportunité pour le développement durable, et à transformer le défi que s’est engagé à relever le Costa Rica dans ce domaine en atteignant la Neutralité carbone, en une opportunité et même en un atout pour la compétitivité du pays, de ses entreprises et de ses habitants.
Un produit ou un service qui possède une empreinte carbone nulle génère un impact nul sur le climat. Autrement dit, toutes les émissions qui ne pourront être réduites à la source, devront être captées par le biais de projets forestiers ou compensées par des certificats de carbone d’une certaine nature – dans un marché du carbone -, de façon à ce que sa contribution au réchauffement de la planète soit nulle. Ce serait un produit carbone neutre, auquel on pourrait octroyer la caractéristique C-Neutre, en utilisant cette appellation : « Fait C-Neutre au Costa Rica ». Il est aussi important de souligner que les entreprises internationales pourront aussi adopter cette appellation, en obtenant une homologation dans notre pays.
L’amélioration de la compétitivité au travers de la différenciation, au-delà de la production de biens et de services, s’amplifiera jusqu’à englober tout un éventail de domaines comme un gouvernement C-Neutre, des banques C-Neutre, des universités C-Neutre, ainsi que des secteurs de l’énergie et du tourisme sans émissions nettes de carbone et de ses équivalents. Ce n’est que de cette façon, grâce au travail collectif et à la formation d’une conscience collective sur la neutralité carbone, que le pays parviendra à accomplir l’objectif qu’il s’est fixé d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2021.
Il convient aussi de remarquer que le Costa Rica est le seul pays en voie de développement qui se soit associé à l’initiative de Réseau pour un climat neutre du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUMA). Nous comptons bien profiter de la visibilité que nous apporte cet engagement, pour accéder à l’information, à la technologie et aux ressources, pour impulser nos initiatives nationales, tout comme celles de nos compagnies, organisations et secteurs qui s’unissent en faveur de cette dite initiative. Les autres pays sont la Norvège, la Nouvelle-Zélande, l’Islande et Monaco.
Nous nous motivons pour recourir à la route qui nous conduira à transformer notre pays doté d’une neutralité de carbone et de climat d’ici le bicentenaire de notre indépendance. Nous sommes un pays capable de démontrer au monde que la croissance économique n’est pas seulement possible en harmonie avec l’environnement, mais que la voie pour parvenir au développement est justement celle qui utilise les ressources naturelles avec sagesse. Pour atteindre l’objectif de la neutralité climatique, le Costa Rica met donc en œuvre une stratégie nationale sur le changement climatique, solide ancrée à ses responsabilités locales et globales. « Moins d’émissions et plus de puits » pour leur absorption est une stratégie enthousiasmante pour le futur.

Tous droits réservés ® La Lettre Diplomatique