La lettre diplomatique

Article – Mexique
La Lettre Diplomatique N°79 – Troisième trimestre 2007

Davantage de Mexique en Europe et davantage d’Europe au Mexique

Par S.E.Mme Sandra Fuentes-Berain, Ambassadeur, Chef de la Mission du Mexique auprès de l’UE

L’Union européenne est pour le Mexique un partenaire privilégié, en raison de ses valeurs et de sa culture, de son poids dans l’économie internationale, de son influence politique ainsi que de son processus d’intégration avancé.
Reflet de l’importance qu’il accorde à l’Europe, notre pays y maintient une forte présence diplomatique et dispose d’instruments juridiques adaptés comme l’Accord d’association économique, de concertation politique et de coopération. Cependant, comme le Président Felipe Calderón l’a reconnu de manière explicite, il reste encore beaucoup à faire pour saisir pleinement le potentiel de cette relation.
L’Union européenne et ses 27 Etats membres occupent ainsi une place prioritaire dans la stratégie générale de diversification de la politique extérieure mexicaine. Renforcer et élargir les contacts avec l’Europe et multiplier les actions pour consolider le dialogue politique, la coopération et les échanges, contribuent à l’équilibre de la position internationale du Mexique et son développement socio-économique. Il en découle un élan en faveur d’un dialogue ouvert et sans préjugés sur les grands thèmes qui se discutent actuellement au sein de l’Europe des 27 et qui font partie de notre programme national : l’immigration, l’emploi, l’énergie, le régime de retraites, la gouvernance et l’environnement.
Les valeurs universelles qui font aujourd’hui partie des forces du Mexique, comme la liberté, la démocratie, la justice et le respect des droits de l’homme, émanent de l’Europe. Elle est également une zone d’intégration qui privilégie le multilatéralisme, le droit et les négociations internationales, autant de valeurs que partage le Mexique.
Pour tout cela, il est indispensable d’approfondir nos alliances stratégiques avec les différents acteurs européens, d’identifier et promouvoir les opportunités commerciales et les investissements, définir et développer des intérêts politiques et des valeurs communes, fixer et appliquer des programmes de coopération dans les domaines prioritaires comme la science, la technologie, l’enseignement et l’environnement, diffuser la culture nationale et nous enrichir de la culture européenne et, de manière non moins importante, faire la promotion du potentiel touristique du Mexique pour augmenter le flux des visiteurs européens.
Il est ainsi naturel d’établir un programme d’action commun avec l’Union européenne. Nous travaillons actuellement ensemble sur des objectifs politiques, comme la paix et la sécurité internationale, le respect rigoureux du droit international et plus précisément sur les principes de la Charte des Nations unies. Des objectifs sociaux et économiques, comme le développement durable, la promotion d’un commerce libre et équitable, l’élimination de la pauvreté et la protection des droits de l’homme font également partie de notre agenda commun.
D’autres objectifs particulièrement appréciés par le Mexique, comme la coopération pour le développement, la promotion des investissements ainsi que la création et la diffusion culturelle, s’ajoutent à un cadre politique qui nous permet d’entreprendre des actions concrètes.
Nous disposons pour cela, depuis sept ans, de l’Accord d’association économique, de concertation politique et de coopération (également connu sous le nom d’Accord global), qui est l’instrument juridique fondamental des relations entre l’Union européenne et le Mexique. Celui-ci permet de classer et de faciliter les relations suivant les trois domaines généraux qui le composent, en plus d’asseoir les bases institutionnelles pour le renforcement des relations et la réalisation programmée des mesures décidées.
Faire en sorte que l’Europe tourne son regard vers le Mexique pour y voir une nation qui partage les mêmes valeurs, un partenaire solide pour les affaires, un pays fiable au sein des forums multilatéraux et comme destination touristique accueillante, tel est l’objectif fondamental de la Représentation permanente du Mexique à Bruxelles.
Le Conseil de l’Europe représente également un autre vecteur majeur de nos relations. Il est fondé sur la conscience collective qu’il existe un ensemble de valeurs (liberté individuelle et politique, Etat de droit et démocratie) qui constituent un héritage commun et fondamental pour les relations entre les peuples d’Europe. A l’aune de ces prémisses, le Mexique a décidé depuis les années 1990 de devenir Observateur permanent auprès du Conseil, ce qui a permis de resserrer nos liens avec le continent européen, de profiter des expériences dans les différents domaines que j’ai mentionnés et en outre de contribuer à consolider une culture de liberté, de justice et de démocratie dans notre pays.
Le Conseil de l’Europe constitue pour notre pays un espace privilégié de connaissance, d’échange d’expériences, de débat et de coopération. La coopération intergouvernementale constitue l’un des piliers fondamentaux du Conseil, qui s’est ouvert aux pays observateurs d’autres espaces géographiques pour proposer des dialogues et des réflexions partagées par tous.  
De manière plus spécifique, le Mexique porte un intérêt aux travaux du Conseil pour les raisons suivantes :
– Le Conseil de l’Europe s’occupe, en plus des affaires liées à la démocratie et aux droits de l’homme, d’une grande variété de thèmes qui affectent les sociétés actuelles, comme la discrimination, la xénophobie, la protection de l’environnement, la cohésion sociale, le clonage, les pandémies, le phénomène de dépendance aux drogues, le crime organisé, la protection du patrimoine culturel. Il est très utile pour nous de dialoguer, d’échanger des points de vue et de rapprocher des positions pour d’éventuelles négociations intergouvernementales.
– Compte tenu des considérables efforts que réalise le Conseil pour la standardisation des critères juridiques, économiques, politiques et sociaux des Etats européens, il est un précurseur de la législation internationale dans des thèmes faisant partie du nouvel agenda international, ce qui lui confère une valeur ajoutée et en fait un acteur international de premier ordre.
– Le statut d’Observateur auprès du Conseil de l’Europe permet enfin au Mexique d’élargir ses relations avec les 47 pays membres de toute l’Europe, ce qui lui donne une vision plus ample de la réalité européenne ainsi qu’un large éventail pour renforcer les échanges.

Tous droits réservés ® La Lettre Diplomatique