Lundi 22 Avril 2019  
 

N°124 - Quatrième trimestre 2018

La lettre diplometque
  Éditorial
Entretien exclusif
Coopération
Diplomatie & Défense
Innovation
Culture
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Roumanie
 

« Bienvenue dans l’Union européenne »

Par M. Jean-Pierre Dufau, Député des Landes, Président du Groupe d’amitié France-Roumanie à l’Assemblée nationale

 

Le groupe d’amitié parlementaire de l’Assemblée nationale France-Roumanie que je préside depuis 2002 est très actif. A cela deux raisons principales. Tout d’abord les liens économiques, culturels et notamment linguistiques font que nos deux pays ont une histoire européenne ancienne commune.

Ensuite, parce que l’imminence de l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne réactive ces liens que le partage des valeurs démocratiques resserre.

Quel est le rôle du groupe d’amitié ? Quelles actions mène t’il ? Quelle importance particulière éclaire l’année 2006 ?

Essayons de répondre à ces questions en toute simplicité… et en toute amitié.

Un groupe d’amitié parlementaire réunit les députés des Assemblées nationales de chaque pays, France et Roumanie dans le cas présent. Le rôle de ce groupe d’amitié consiste par la voie parlementaire à rapprocher les deux assemblées, les gouvernements et, au-delà, les populations concernées, sans se substituer aux institutions existantes, à la diplomatie ou aux partenariats engagés mais au contraire en les facilitant, en les appuyant du sceau de l’amitié. Et si possible de façon concrète et efficace.

Depuis 2002, de nombreuses actions ont été conduites pour lesquelles le groupe d’amitié a été l’instigateur ou un partenaire associé. Evoquons pour l’exemple quelques actions sans en faire une liste exhaustive :

– Une des actions fortes, organisées le 20 novembre 2003, par le groupe d’amitié en partenariat avec la Chambre de commerce franco-roumaine restera sans conteste le forum qui s’est déroulé à l’Assemblée nationale. 400 chefs d’entreprises ont participé à ce forum ouvert par l’ancien Président Iliescu et le Président de l’Assemblée nationale. Comment oublier, à cette occasion, l’instant de surprise puis la mine radieuse du Président Iliescu découvrant une trentaine d’étudiants et d’étudiantes roumaines d’HEC, de l’ENA et de Polytechnique en uniforme d’apparat …, les futurs cadres de la Roumanie.

– L’annonce de « la Logan à 5 000 € » construite à Pitesti a constitué un événement et suscité une forte curiosité. Aussi, lorsqu’à l’initiative du groupe d’amitié et grâce à la complicité de Renault Dacia, les députés ont pu essayer cette fameuse Logan, place du Palais Bourbon devant l’Assemblée nationale, la Roumanie était à l’honneur. Ce fut encore un excellent souvenir.

– En septembre 2005, j’ai eu le plaisir de conduire une délégation de députés pour une mission en Roumanie répondant à une invitation du groupe d’amitié roumain, présidé par mon collègue et ami M. Cristian Radulescu. Les rencontres avec les parlementaires (députés et sénateurs), les Présidents des deux assemblées, les membres du gouvernement, M. le Premier ministre Tariceanu et M. le Président de la République ont souligné l’importance et la qualité de cette mission. Nous en sommes revenus enchantés et persuadés que la Roumanie, toutes tendances politiques confondues, attendait avec impatience le 1er janvier 2007.

Cette adhésion sera une chance pour la Roumanie mais aussi une chance pour l’Europe.

– Le groupe d’amitié est bien sûr associé aux déplacements en Roumanie et en France des autorités politiques de nos deux pays. Je garde le souvenir particulier du séminaire intergouvernemental à Bucarest où j’ai eu l’honneur d’accompagner M. Raffarin, alors Premier ministre.

– Le Président de l’Assemblée nationale, M. Jean-Louis Debré, n’a pas manqué de faire partager au Président du groupe d’amitié les entretiens qu’il a eu avec M. Tariceanu, Premier ministre, puis avec M. Traian Basescu, Président de la République, lors de leurs voyages officiels en France. Ce sont là des moments forts des relations bilatérales.

– Au-delà de ces relations officielles, on aurait tort de ne pas souligner l’importance des actions concrètes de coopération décentralisée dont les assises de Villefranche de Rouergue en 2003 et de Cluj Napoca en 2005 se sont fait l’écho. Un excellent moyen de rapprocher concrètement les peuples de nos deux pays….

Voici quelques exemples d’actions dans lesquelles le groupe d’amitié s’implique fortement. Mais il faut savoir que rien ne serait possible sans la qualité des relations entretenues avec les ambassades : l’ambassade de Roumanie à Paris et l’ambassade de France à Bucarest.

Je tiens à remercier M. Sabin Pop pour sa disponibilité et son efficacité. C’est pour le groupe d’amitié et son Président un interlocuteur de confiance très apprécié. Comme l’est M. Hervé Bolot, notre ambassadeur, et son prédécesseur M. Philippe Etienne qui ont toujours remarquablement organisé nos voyages et rencontres en Roumanie.

C’est vrai que l’année 2006 est une année très importante pour la Roumanie. Nous attendons avec intérêt et confiance le rapport de la Commission européenne. J’ai personnellement écrit à M. de Villepin, Premier ministre, pour que la ratification par la France de l’entrée de la Roumanie en Europe soit votée dans les meilleurs délais par le Parlement.

Qu’il me soit permis d’espérer que le sommet de la Francophonie à Bucarest en septembre soit l’occasion pour la France de fêter officiellement l’entrée de la Roumanie en Europe, et de lui dire en français : « Bienvenue », Bunvenit.

Retour en haut de page
 
 

 
La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales