$tabnombandeau  
  Jeudi 27 Avril 2017  
 

Quatrième trimestre 2016

La lettre diplometque
  Éditorial
Afghanistan
Bangladesh
  Trouver la bonne gouvernance sur les migrations
 
  Le Bangladesh, une stratégie réussie de lutte contre la pauvreté
 
  Le Bangladesh est prêt à approfondir ses relations avec l’Union européenne
 
  Le Bangladesh à l’avant-garde du maintien de la paix
 
  France et Bangladesh : des relations d’avenir
 
  L’éducation vecteur du rapprochement franco-bangladais
 
  Bandarban : une destination touristique merveilleuse au Bangladesh
 
  Sur la voie de l’émergence
 
Suriname
Prospective
Coopération Internationale
Organisations Internationales
Sciences & hautes technologies
Francophonie
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Bangladesh
 

France et Bangladesh : des relations d’avenir

Par M. Jérôme DURAIN,
Sénateur de la Saône-et-Loire, Président délégué du groupe d’amitié France-Asie du Sud-Est pour le Bangladesh

François Mitterrand avait bien résumé la manière dont la France doit construire sa relation avec le Bangladesh lors de sa visite à Dacca en février 1990 « notre solidarité avec les Européens ne se substitue pas à la solidarité que nous vous devons ». Fin 2016, alors que France et Bangladesh sont aujourd’hui confrontés à des défis lourds, qui leur sont propres, chacun des deux partenaires a choisi d’approfondir encore  les liens mutuels malgré les différences et la distance qui nous séparent.
Beaucoup ont dû « penser au sort des hommes, en même temps qu’à la beauté contrastée d’une terre, contestée par les flots » (Mitterrand, Dacca, février 1990) pour construire l’accord de Paris sur le climat.  Mais la pensée et la parole ne suffisent pas à construire des solidarités concrètes. Il faut donc saluer l’engagement entier du Bangladesh lors de la COP 21. Bien appuyé par la représentation du Bangladesh en France qui avait notamment sensibilisé l’opinion française à travers une exposition marquante à l’Unesco («Resilient Bangladesh : Living in harmony with nature»), le Bangladesh est parvenu à figurer parmi les très bons élèves en ratifiant l’Accord de Paris, avec quelques jours d’avance sur l’Hexagone.
Les coopérations concrètes ne se limitent pas aux aspects climatiques. Le Ministre des Affaires étrangères du Bangladesh était ainsi à Paris en octobre 2016 pour co-présider la Conférence ministérielle sur les opérations de maintien de la paix (OMP) en environnement francophone. Le Bangladesh est en effet le 4ème contributeur de troupes aux OMP en 2016 (6 772 casques bleus déployés au sein de dix OMP). Il était le premier contributeur en 2015. Cette implication est particulièrement appréciée par la France qui reçoit ainsi un soutien précieux dans une période où elle s’implique de manière volontaire dans les OMP (Barkhane, Sangaris).
En matière économique, les partenariats sont nombreux. L’Agence française de Développement (AFD) intervient au Bangladesh dans les infrastructures de développement urbain (transports publics, approvisionnement en eau potable et extension du réseau d’électricité), les énergies vertes et l’amélioration des standards de sécurité et des performances environnementales et sociales dans le secteur textile. Son engagement financier s’élève à 367 millions d’euros. L’heure est au développement des investissements français et de la présence des entreprises françaises au Bangladesh. Les autorités du Bangladesh s’y emploient en incitant nos entreprises à découvrir leur pays et les parlementaires français sont invités à faire connaître les sociétés candidates dans leurs territoires. Ces développements  attendus viendront encore renforcer la proximité entre nos deux pays, s’ils sont exemplaires en matière de responsabilité sociale et environnementale.
Beaucoup reste à construire. Les parlementaires membres du groupe d’amitié France – Asie du Sud Est souhaitent en tout cas s’investir pleinement dans l’amitié entre la France et le Bangladesh. Ils comptent beaucoup sur les réalisations concrètes mais aussi sur quelques symboles d’importance à venir ; l’ouverture d’une ambassade commune pour la France et l’Allemagne à Dacca marquera à coup sûr une étape nouvelle des solidarités entre Européens et Bangladais, donnant encore plus de pertinence aux mots de François Mitterrand il y a 26 ans.

Retour en haut de page
 
 

La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales