$tabnombandeau  
  Jeudi 27 Avril 2017  
 

Premier trimestre 2010

La lettre diplometque
  Éditorial
 
La lettre diplometque
La lettre diplomatique Haut
     Éditorial
 
  Christine LAGARDE

Pour une mondialisation plus harmonieuse

Par Christine Lagarde, Ministre de l’Economie,

de l’Industrie et de l’Emploi

 

En 2009, la Terre, comme l’avait prédit trois ans auparavant Thomas Friedman, éditorialiste du New York Times, est devenue plate. L’avenir de la mondialisation se joue désormais entre toutes les nations et avec des instruments d’intervention communs. Une gouvernance économique en construction, centralisée mais itinérante : le G20. Des progrès réalisés pour réduire les zones d’ombre de la finance internationale. Des règles communes d’encadrement des comportements des acteurs. Des assemblées plénières pour discuter des grands enjeux de demain : 192 pays se sont réunis à Copenhague pendant dix jours pour enrayer le réchauffement climatique. En 2009, la géographie mondiale s’est effectivement rétrécie.

L’histoire aussi, s’est accélérée. « L’Histoire ne repasse pas les plats » dit l’adage… Quatre-vingts ans après la Grande Dépression, la tentation aura été forte, en 2009, du repli sur soi. Dans un monde à réinventer, l’Europe a su quitter ses oripeaux de vieil homme malade de la mondialisation et devenait force d’inspiration et de proposition pour promouvoir une coordination collective en refusant de céder au protectionnisme et aux égoïsmes nationaux.

Après trois sommets à Washington, à Londres et à Pittsburgh, le G20, créé au lendemain de la crise asiatique et jusque-là tenu au niveau des ministres des finances et des gouverneurs de banques centrales, s’est imposé comme la meilleure réponse à la crise. La consécration du G20 comme tour de contrôle de l’économie mondiale a été décidée au dernier sommet de Pittsburgh. La coordination des politiques économiques, clé de voûte de notre gestion de crise, sera aussi notre planche de salut pour la reprise.

Voilà l’enseignement essentiel de la crise : une mondialisation plus harmonieuse est possible à condition qu’elle soit répartie entre tous. Le monde dispose d’un ensemble de biens communs dont nous assumons collectivement la responsabilité. C’est un constat partagé par les cinq prix Nobels qui ont participé à la Commission présidée par Joseph Stiglitz, Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi. Au-delà de la mesure du bien-être collectif, le monde possède un capital physique, naturel, humain et social dont seule une croissance vraiment durable permet la transmission aux générations futures. Nous avons su jouer collectif dans la gestion de crise économique, il est désormais nécessaire de continuer cette coopération pour répondre aux défis du réchauffement climatique.

Depuis le rapport Stern, nous savons en effet qu’il n’y a pas de retour en arrière possible : la vitesse moyenne du réchauffement

climatique a plus que doublé ces cinquante dernières années et le coût de l’inaction sera supérieur, demain, à celui de l’action aujourd’hui. En France, l’application du Facteur 4 – l’engagement à diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre en 2050 par rapport à leur niveau de 1990 – passe par une modification radicale de nos comportements. La création d’une taxe carbone sur les émissions polluantes mais également l’engagement d’un emprunt national favorisant les technologies vertes et le basculement de la France dans la société de la connaissance sont à l’œuvre.

Assurément la France inscrit son action non seulement dans l’urgence d’éteindre l’incendie de la crise mais de construire, dans le même temps, les fondations du modèle économique de demain. L’emprunt national, décidé par le Président de la République nous permet déjà de valoriser nos atouts et de préparer nos futurs champions.

La fin de l’année 2009 écrit un nouveau chapitre dans l’histoire de la mondialisation. Elle retiendra, je l’espère, que les dérèglements que nous avons connus depuis quinze mois portaient en germe les bases d’une mondialisation plus solide, plus équilibrée et mieux partagée. Le Répertoire Diplomatique 2010 offre un excellent outil pour qui veut en connaître les rouages et les ressorts.

Retour en haut de page
 
 

La lettre diplomatique Bas
  Présentation - Derniers Numéros - Archives - Nos Liens - Contacts - Mentions Légales